Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Toujours la colère

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    universintérieur Index du Forum -> SOIGNER L'ESPRIT (ouvert à tous sauf kinésio et débat autour d'une pensée) -> prendre sa vie en main par la pensée positive par Chloé -> Les émotions négatives
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chloé
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 23 Avr 2009
Messages: 32 473
Localisation: alsace
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 猪 Cochon

MessagePosté le: Mer 27 Avr - 15:06 (2011)    Sujet du message: Toujours la colère Répondre en citant

Il était en colère…

 
Il arrive qu’on se retrouve dans le champ d’une personne qui vit des émotions qui ne nous appartiennent pas, qu’elles soient positives ou négatives.
Exemples : elle pleure son chat, il est frustré parce que son soufflé n’a pas levé, elle vient de se piquer en reprisant une chaussette, il a égaré ses clés, etc.

Émotions anodines, me direz-vous ?

Émotions qui, cependant, peuvent amener l’expérimentateur à déverser quelques remarques désobligeantes, parfois même considérées comme blessantes, à un interlocuteur présent, histoire de défouler le trop-plein.
C’est là que, des fois, on se dit qu’on aurait mieux fait d’être ailleurs…

En fait, et je vais éventuellement en faire friser quelques-uns, les émotions que les personnes vivent autour de nous ne nous appartiennent pas du tout, de toute façon :

elles sont déclenchées par des personnes et situations. Nous pouvons d’ailleurs éventuellement être le déclencheur de ces émotions, consciemment ou inconsciemment, tout comme tant de personnes nous déclenchent dans les nôtres quotidiennement.

Tout ça pour dire que je me suis retrouvée dernièrement prise en sandwich entre une personne qui se plaignait sans arrêt - Cécile  - et l’autre - Benjamin - qui en avait par-dessus la tête des jérémiades  de la première.


 Je n’avais absolument aucune raison de recevoir les frustrations de Benjamin  mais c’est quand même ce qui s’est un peu passé. J’étais venue leur dire bonjour et suis arrivée dans un moment où les éclairs n’étaient pas que dans le ciel…

J’avais au moins deux réactions possibles, en suivant mon cœur et/ou mes tripes :

Ce n’est jamais agréable de se sentir agressé alors qu’on n’a rien fait pour, du moins le pense-t-on. Le fait que Benjamin  soit agressif car en colère aurait donc pu venir me déclencher intérieurement, me faisant toucher à mes propres blessures ravivées par son attitude.

Ce même fait pouvait, au contraire, me permettre de voir que je n’ai pas à vivre ce genre de situation et m’en aller en restant tout à fait calme car pas touchée par ces émotions qui ne m’appartiennent pas.

En l’occurrence, j’ai dit gentiment au-revoir et me suis eclipsée en prenant la décision que j’allais prendre 2-3 jours de distance en silence, histoire que les frustrations de Benjamin  fondent en poussière.

Vers 10h ce matin, le téléphone a sonné. Au bout du fil, Benjamin  de bonne humeur, sa colère complètement dissipée.
- Ça y est, je vais bien ! m’a-t-il lancé. J’avais besoin de comprendre pourquoi j’étais en colère ces derniers jours pour qu’elle disparaisse !
- Et qu’as-tu compris ? lui ai-je demandé, intriguée.
- Le fait est que Cécile  n’arrêtait pas de se plaindre qu’elle était faible et avait des réactions bizarres depuis quelques jours…
- Oui, j’avais remarqué, et… ?
- J’ai eu un flash hier en réalisant que c’est depuis qu’elle prend ce nouveau médicament que son attitude est devenue exécrable.

J’ai donc appelé à la pharmacie et la pharmacienne m’a confirmé que ce produit peut amener le patient à devenir un peu gaga. En comprenant ça, ma colère est tombée : Cécile  était droguée, si je peux dire, ce qui la rendait insupportable. Elle ne faisait pas exprès !

La colère de Benjamin  a été déclenchée par l’attitude de Cécile , laquelle était déclenchée par un médicament qui la rendait de plus en plus dépendante de Benjamin car l’affaiblissant beaucoup.

Au-delà ce tout ça, ce qui a réellement déclenché la colère de Benjamin est qu’il en avait assez de se sentir pris au piège dans sa chère liberté par sa dulcinée qui, temporairement malade, se retrouvait dans un état de dépendance malgré elle. Benjamin ne supporte pas d’avoir l’impression d’être en cage…

Il n’y avait donc aucune raison que je reste hier soir à écoper des frustrations de Benjamin :

ses émotions ne m’appartenaient effectivement pas du tout.

Quand on se retrouve dans une telle situation, il est donc toujours bon de se poser les bonnes questions :

1. Suis-je le déclencheur de sa réaction à mon égard ?

Si je pense que oui, est-ce que je dois m’en sentir coupable ? Réponse : NON ! Je peux me sentir responsable mais pas coupable de sa réaction car une autre personne aurait pu réagir complètement différemment : sa réaction lui appartient en totalité et ne m’appartient donc pas du tout.

2. Suis-je déclenché dans mes blessures par son attitude ?
Si non, je peux quitter la situation ou l’aider à comprendre sa réaction en étant un bon reflet.
Si oui, je peux rester et participer à l’envol d’émotions négatives qui risquent d’envenimer la situation plutôt que de la régler… ou quitter la situation et aller m’occuper de régler mes propres affaires !

Il est donc bien important de toujours regarder au moins deux facettes d’une même situation…


Si on désire céder moins facilement à la colère , il est bon de commencer par s’interroger sur les raisons pour lesquelles on y cède.


- Quand on a du mal à être à la hauteur des circonstances , quand on se sent frustré, pour rendre une personne responsable du sentiment de dépit qu’on éprouve .

On peut user de la colère pour manipuler ceux qui nous craignent .
C’est particulièrement efficace pour tenir sous sa coupe les plus faibles.
En nous mettant en colère, nous attirons l’attention sur nous de sorte que cela nous donne un sentiment d’importance et de puissance.
La colère est une excuse commode ,il suffit de dire :"c’était plus fort que moi" (Comme c'est facile)
 
Nous obtenons ce que nous voulons parce que les autres préfèrent se montrer conciliants
On peut manipuler les autres en les culpabilisant pour qu’ils se demandent ce qu’ils ont bien pu nous faire pour déclencher notre colère .
S’ils se sentent coupables, on se sent puissant .
La colère peut servir à esquiver le danger , à ne pas perdre la face quand quelqu’un semble avoir un talent meilleur que le nôtre .
La colère dispense de faire des efforts pour s’améliorer.
La colère permet de s’apitoyer sur son sort et de se complaire dans un rôle de victime.

Pour éliminer la colère , cela exige de nouvelles tournures de pensée, aimez vous, vous-même et vous ne traînerez plus ce fardeau d’une colère destructrice .

Voyez dans la situation qui vous est offerte, un défi à relever .
Faites vos propres choix, des choix qui ne soient pas des choix de colère.

 (d'après Wayne Dyer) 

_________________
https://www.youtube.com/watch?v=tjD43FV8ySs

Donnez-leur une clé et laissez les gens ouvrir leurs propres serrures .


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Avr - 15:06 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    universintérieur Index du Forum -> SOIGNER L'ESPRIT (ouvert à tous sauf kinésio et débat autour d'une pensée) -> prendre sa vie en main par la pensée positive par Chloé -> Les émotions négatives Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky